Cyberdétective ®

Depuis 1999, nous collaborons avec des avocats et des détectives privés pour leur apporter des éléments et des preuves utiles à la défense des intérêts de leurs clients.

Cyberdétective ®

Cyberdétective ®

Nous avons travaillé dans des affaires très variées : usurpation d’identité, fraudes, détournements de fonds, menaces, escroqueries, diffamation, dénigrement …

Les outils Cyberdétective ®

 

Pour ce qui concerne les enquêtes terrain, les filatures et les surveillances, Intrusium regroupe nos partenaires enquêteurs privés.

Mais comment faire pour travailler efficacement dans une affaire de diffamation lorsqu’on sait qu’une réquisition judiciaire peut aussi donner des informations inexploitables, par exemple lorsqu’un délinquant poste des messages diffamatoires depuis un cybercafé ?

Nous utilisons des techniques d’investigation personnalisées, que nous avons développé depuis plus de 15 ans, et regroupées sous la marque Cyberdétective ®

Elles sont mises en action dans les affaires relatives à la cybercriminalité :

Malheureusement la lutte contre la cybercriminalité n’est pas aisée. Il existe plusieurs obstacles juridiques et non juridiques à cette lutte. En premier lieu, le caractère vaste des réseaux informatiques, mais aussi la rapidité de commission des infractions, la difficulté de rassembler des preuves, et enfin des méthodes d’investigation et de contrôle qui peuvent se révéler attentatoires aux droits fondamentaux, en particulier au droit à l’anonymat et à la liberté d’expression.
Au niveau juridique, ce qui pose aujourd’hui beaucoup de difficultés c’est le fait qu’un même comportement en France et à l’étranger n’est pas pareillement considéré. Il peut constituer une infraction dans un pays et pas dans l’autre. On peut citer pour exemple, la « promotion du cannabis », ou encore la « provocation pour surprendre les pédophiles ». Cela renvoie à un autre problème celui de la loi applicable. En effet, la cybercriminalité « bouleverse le principe classique de la territorialité de la loi pénale ». La loi française sera applicable dès lors qu’un élément constitutif de l’infraction a eu lieu en France (TGI de Paris 17e chambre, 26 février 2002). Ainsi, par exemple, la simple réception par l’utilisateur est un élément constitutif de l’infraction. Mais s’il n’y a pas d’élément constitutif de l’infraction en France, la loi française ne sera pas applicable.(source Wikipedia)